Jean-Fabien lauréat du Prix Al Bayane 2013 dans la catégorie Premier roman

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Le Prix Al Bayane 2013 du Premier Roman est attribué à Jean-Fabien pour son roman « Le journal d’un écrivain sans succès » paru aux Editions Paul&Mike. Jean-Fabien, de son vrai nom Fabien Muller a lui aussi réagi ce matin à l’annonce des résultats


Je suis absolument honoré de recevoir ce prix Al Bayane pour mon premier roman. C’est une totale surprise pour être honnête, j’avoue même que lorsque j’ai appris il y a quelques mois que j’étais sélectionné, je n’y ai cru qu’en allant sur la page du site officiel. Je suis d’autant plus étonné que mon livre (« Le journal d’un écrivain sans succès ») est plutôt à tendance humoristique et décalée, cela dénote donc l’ouverture d’esprit et l’éclectisme du jury. C’est très stimulant d’être encouragé de la sorte pour un premier roman. Al Bayane est un quotidien prestigieux, et lorsque l’on voit les autre nominés ou encore le fait que le prix dans la catégorie poésie a été décerné à Maram Al-Masri, on comprend que c’est du sérieux !
Bon, je suis hyper bavard, faut m’arrêter, mais je conclurais tout de même en disant, sur une note plus personnelle, que je suis aussi très heureux d’être récompensé d’un prix marocain, car le Maroc est un pays que j’adore particulièrement et où je me suis rendu de nombreuses fois… j’espère d’ailleurs venir à la rencontre de mes amis marocains très prochainement, en espérant qu’ils feront mentir le titre de mon roman !

L’éditeur a tenu aussi à réagir. Jean-Luv Trescases, directeur général de Paul & Mike vient de publier un communiqué  :

“Paul&Mike est extrêmement fier que Jean-Fabien ait reçu le prix Al Bayane pour son premier roman. Nous avons toujours cru en son originalité et son potentiel, et ce prix récompense le choix ambitieux qui est le notre de privilégier une politique éditoriale audacieuse et axée sur de nouveaux auteurs, inconnus du grand public.
Cette fierté est d’autant plus grande qu’il s’agit d’un prix décerné par un célèbre quotidien marocain (nous saluons nos amis marocains de Casablanca et d’ailleurs au passage), et que les autres nominés étaient issus de maisons d’édition prestigieuses.
Notre maison d’édition souhaite continuer à travailler de manière libre et indépendante pour faire découvrir de nouveaux talents, en espérant qu’eux aussi, un jour, seront découverts par de plus en plus de lecteurs.”

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »